pêcheur, lac inlé, lac Sankar, Nyaung Shwe

Myanmar : Flotter, du Lac Inlé au lac Sankar

Long. C’est vraiment l’adjectif qui vient à l’esprit en repensant au trajet entre Nyaung U (Bagan) et Nyaung Shwe (Lac Inlé et lac Sankar), dans ce mini bus réservé par l’hôtel, sa seule fausse note du séjour. Faute d’attention, nous avons les « backseats » qui sont la promesse d’un mal au dos prolongé. Erreur de débutants. Nous partons donc pour 9 heures de trajet « tape-cul », dans une chaleur suffocante car pas de fenêtre dans les places du fond. Nous partageons cette infortune à l’arrière du minibus avec deux quinquas belges post baba cools très sympas.

Mini bus entre Nyaung U (Bagan) et Nyaung Shwe (Lac Inlé)

A Kalaw, TOUT le mini bus descend sauf nous quatre. C’est dire si ce trek est populaire auprès des touristes. On en entendra du bien d’ailleurs.

L’hôtel réservé la veille sur internet sera le pire du séjour (décidément). On commence déjà par changer de chambre, tant la première est vétuste, et avec une odeur d’humidité insupportable. La seconde chambre est un peu mieux. Au moins, elle ne pue pas.
On est à 900 mètres d’altitude et il n’arrête pas de pleuvoir depuis que l’on a mis le pied hors du mini bus. On tente une sortie vers le port pour essayer de dealer un bateau pour le lendemain. Ce ne sera pas pour ce soir. La nuit est tombée. La pluie ne s’arrête pas, et les personnes que l’on croise ne parlent pas anglais ou trouvent notre demande trop exotique pour pouvoir y répondre.

En lisant les blogs de voyage, nous avons en effet décidé de ne pas faire la traditionnelle balade sur le lac Inlé avec ses points de chutes bien rôdés, mais de le traverser et d’aller plus loin, à 50 kms de là, jusqu’au lac Sankar. Soit 3 heures de bateau, rien que pour l’aller.
On avait bien tenté de réserver par l’hôtel, mais ils ont essayé de nous vendre un tour du lac Inlé à un prix exorbitant en nous faisant croire qu’il s’agissait du lac Sankar (décidément 2).

Bref, quand on tourne en rond, la meilleure stratégie est souvent celle du repli culinaire. Nous avons une adresse que nous avons du mal à trouver sur la carte. Même pas le temps d’être en difficulté, une femme s’approche pour nous proposer son aide. Elle parle anglais. Elle trouve que le restaurant que nous recherchons est « triste » et  nous conseille un autre restaurant avec tellement d’enthousiasme que nous décidons de suivre son conseil. Elle n’a pourtant rien à y gagner. Elle nous abandonne d’ailleurs aussitôt après nous avoir donné les instructions nécessaires pour nous y rendre. La gentillesse naturelle birmane, sans rien attendre en retour.

Restaurant Sin Yaw, Nyaung Shwe, Lac Inlé
Restaurant Sin Yaw, à côté du marché

Le restaurant Sin Yaw  est une belle découverte ! L’équipe qui le tient est jeune, très sympathique, et la cuisine sera une des meilleures du séjour. Cela devient notre cantine sur place.

Le lendemain, départ matinal pour essayer de négocier un bateau pour rejoindre notre fameux lac Sankar. Nous essayons de partir avant l’arrivée de tous les touristes présents qui font tous plus ou moins la même chose : louer un tour sur le lac Inlé à partir de 8 heures du matin.

Coup de chance, un boatman birman s’est éloigné de l’embarcadère pour trouver des clients. Nous avons la chance de croiser son chemin. Il ne parle que deux ou trois mots d’anglais. On lui montre sur une carte le lac Sankar. Il nous regarde perplexe. Il sort un téléphone et appelle quelqu’un en birman. Quelques minutes plus tard, un homme nous rejoint. Il parle anglais. Nous lui expliquons où nous voulons aller. Il nous indique un prix : 50 000 la journée. Le prix est correct et nous adorons le fait de passer directement par le boatman et que cet argent aille dans sa poche sans passer par une agence du coin ou par le gouvernement. Nous acceptons sans négocier. Et nous allons passer une journée exceptionnelle en sa compagnie !

Balade en bateau vers le lac Sankar

Nous quittons Nyaung Shwe vers 7h30 direction le lac Sankar. Nous embarquons avec le boatman et un étudiant qui parle anglais. Il est encore tôt, il y a peu de monde à l’embarcadère. Nous devons suivre un long chenal pendant une demi heure avant d’arriver sur le premier lac, le fameux lac Inlé. Il n’y a personne pour le moment.
Les faux pêcheurs, reconnaissables à leurs filets ronds qui ne sont plus utilisés depuis longtemps, attendent le touriste pour prendre la pause.
Notre boatman continue sa route, ralentit la barque dès qu’il me voit pointer l’objectif, me rapproche de la cible. Il est attentif, on apprécie beaucoup. Très rapidement, on croise les vrais pêcheurs qui s’activent sans doute depuis le lever du soleil. Le soleil avance avec nous. Le temps est magnifique, le lieu paisible et irréel, on en oublie complètement le bruit du moteur de la barque.

Myanmar entre le Lac Inlé et le lac Sankar

On trace vers le bout du lac Inlé où on commence à traverser quelques villages flottants. Les premiers sont habitués à voir défiler des touristes toute la journée. Mais c’est vraiment à partir de la fin du lac Inlé que tout commence : plus on s’enfonce vers le lac Sankar, plus on traverse le quotidien de gens qui vivent sur ce lac. Nous croisons des dizaines de villages sur pilotis, de gens qui travaillent, nettoient, jouent, transportent des denrées ou des matières premières d’un point à un autre.

Myanmar Lac Inlé

Très peu de barques ont fait le trajet jusque là aujourd’hui. Notre boatman a d’ailleurs failli faire demi tour à cause de la végétation qui semblait barrer le chemin. Le lac est en effet envahi par des jacinthes d’eau qui prolifèrent à grande allure. Des villageois lui ont indiqué un passage, invisible à nos yeux, mais qu’il a pris sans hésiter et nous a amenés jusqu’au village de Sankar.
Le lieu est incroyable : on descend de la barque et on se retrouve au milieu de ruines magnifiques. On a de la chance, c’est jour de marché. C’est coloré, ça rit. On nous regarde gentiment.

Myanmar Lac Inlé Sankar village

On repart pour visiter le temple Tharkhaung, un site étonnant où près de 236 pagodes du 17e siècle nous attendent au bord de l’eau. Il n’y a toujours personne. Le lieu est étrange, d’une beauté anesthésiante. On reste un moment à visiter sous un soleil de plomb.

Nous décidons de donner un bon pourboire au boatman qui parle peu mais fait preuve de beaucoup d’attention et de gentillesse. Il est normalement l’heure de rentrer à Nyaung Shwe. Il reste 3 heures de bateau pour le retour. Au cours de la journée, nous avons décliné les propositions de visiter tous les ateliers qui font partie du tour classique du lac Inlé sauf un atelier de fabrication de pirogue. Nous avions dit en revanche notre envie de voir les jardins flottants et le monastère « des chats sauteurs » (bah oui, un nom pareil attise la curiosité) mais nous avions compris que cela ne se trouvait pas sur notre chemin.

Myanmar entre le Lac Inlé et le lac Sankar

Finalement, le trajet de retour sera aussi enchanteur que l’aller. Peut-être plus même, car notre boatman nous fait la surprise de ne pas rentrer directement mais de nous faire traverser les fameux  jardins flottants, malgré le détour. C’est une balade vraiment sympa au milieu des cultures et des gens qui vaquent à leurs occupations quotidiennes sur l’eau. Il nous amène également jusqu’au temple Nga Phe Chaung, (oui oui celui des chats sauteurs), et nous laisse le temps de le visiter tranquillement. C’est vraiment sympa de sa part.

On rentre à Nyaung Shwe alors que la nuit tombe. Une journée vraiment magique sur le lac Sankar, à visiter tranquillement des dizaines de villages flottants, et des temples magnifiques, loin du tintamarre des barques à la queue leu leu sur le lac Inlé.

Le lendemain nous resterons à Nyaung Shwe pour visiter les alentours, avant de prendre le bus de nuit pour Yangon. Mais ça, c’est un autre post.

Lac inlé, lac Sankar et Nyaung Shwe : bonnes adresses et infos pratiques

Y aller (depuis Nyaung U – Bagan) :
• Mini bus réservé par l’hôtel : 9 heures  de trajet/ 15 000 par personne – Départ à 7h30 de l’hôtel.

• Taxe d’entrée lac Inlé : 12 500 / p
• Bateau pour une journée vers le lac Sankar : 50 000 (+/- 10 heures)

Bonnes adresses (voir les prix dans la page budget) :

• Richland Motel : que nous ne recommandons pas.
Sin Yaw restaurant : dans la rue qui longe le marché, sur la droite. Super accueil, cuisine Shan délicieuse, on y mange très bien pour pas cher.
The French touch : pour se faire plaisir le lendemain de la balade, cosy, le café est vraiment bon, plus cher.

Lac Inlé et Sankar en photos

4 réflexions au sujet de « Myanmar : Flotter, du Lac Inlé au lac Sankar »

  1. Bonjour,
    Nous avons découvert votre blog avec VF et nous vous avons reconnues (Galaxy Motel de Hpa An):le couple français qui attendait sa chambre…..et qui en était à son 16 ème voyage dans le pays. Nous avions discuté un peu du Sud de la Birmanie où nous venions de passer une quinzaine de jours. C’est avec plaisir que nous avons lu votre CR mais aussi celui de la Corée du S (nous y avons passé près de 3 mois entre 2013 et 2014) et celui du Népal également mais c’est plus lointain pour nous (4 séjours entre 1966 et 1987).
    Nous n’avons pas de blog mais nous avons des photos sur Flickr. Le lien ci dessous pour la péninsule de Dawei mais dans « albums » il y en a beaucoup plus.
    https://www.flickr.com/photos/143032208@N03/albums/72157673968335054

    1. Bonjour, c’est vraiment sympa de se retrouver comme cela. Bravo pour avoir fait le lien ! Je vous ai repondu sur VF aussi. Je n’ai hélas pas eu le temps de finir ces CR, il faut vraiment’t que je passe le vitesse supérieure pour faire hpa an et Dawei. Je vais de ce pas regarder vos photos de voyages, cela va me faire rêver un peu avant de dormir ! A bientôt

  2. Vos choix sont excellents. Je les aime vraiment, parce que je fais une agence de Voyage Birmanie, de sorte que la beauté du pays est la grande comparaison pour nous. Merci pour les choix que vous faites. Vous visitez la Birmanie et nous donner des commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *