33h33| Voyages et photos - Christine Pastor |
Sleeping man in Bhaktapur

Nepal : Bhaktapur, la Newar attitude

Bhaktapur est une petite ville médiévale, l’une des 3 villes royales après Katmandou et Patan,  située à 13 km à l’est de la capitale, dans la vallée. A l’origine nous avions prévu d’y rester 3 ou 4 jours, mais en allant passer quelques jours dans la montagne vers Panauti et Dhulikel. Finalement, on restera 2 jours dans cette ville sans possibilité d’en partir (teaser !).

Deux jours plus tôt, donc, c’est en taxi que nous rejoignons Bhaktapur en une demi heure environ pour 1 200 Rs. Sachez que l’on peut aussi faire le trajet en 2 heures, en bus, pour moins cher.
Il nous lâche à l’entrée de la ville dont le centre est piéton, au milieu des rabatteurs. On a une vague adresse d’endroit où dormir, lue sur un blog, et pas de réservation. On rentre dans la ville et on s’y perd très rapidement. Personne ne semble connaître l’endroit que l’on cherche tandis que le soleil écrase un peu plus nos sacs sur le dos. On croise pas mal de touristes. Les premières guesthouses que l’on tente au hasard affichent complet… On tournera pas mal, pour finalement trouver la guesthouse. Elle a de la place mais n’est pas terrible. La chambre coûte 800 Rs. On se pose.

On file à l’autre adresse repérée sur un blog de voyage et découvrons la Ganesh Guesthouse, une bonne adresse que nous recommandons et qui deviendra notre cantine pendant tout le séjour.

La journée se passe en se baladant dans la ville qui a gardé son côté typique et authentique malgré beaucoup de touristes.

Ganesh guesthouse
Ganesh guesthouse

Le soir, on dîne sur la terrasse de la Ganesh guesthouse. En bas, il y a beaucoup d’agitation. Des manifestants, des arrestations très musclées, l’armée qui arrive en renfort. Le patron nous demande de ne pas sortir. C’est la grève, le pays sera bloqué pendant 3 jours :  aucun bus, aucun taxi ne circulera. On attend une heure environ, les gens se sont dispersés, on se dit que l’on va tenter les 200 mètres qui nous séparent de la guesthouse où l’on dort. Comme toujours au Népal, il y a des coupures d’électricité, mais là, avec l’ambiance, les lampes torches vissées à la tête, les ombres qui nous croisent, le parcours semble bien long mais finalement sans problème.

Grève
Les manifestations musclées annoncent 3 jours de grève générale dans le pays.

Le lendemain matin, nous sortons prudemment de la guest pour sentir l’ambiance. Tout semble être normal, nous filons donc à la Ganesh pour prendre un petit déj (breakfast set : 200 Rs). On glane  des informations : on ne trouvera aucun véhicule pour nous amener hors de la cité, c’est trop dangereux. Par contre, il n’y a rien à craindre en ville. L’avantage – car il y en a toujours un – c’est que si nous ne pouvons pas partir, les autres ne peuvent pas arriver. On profitera donc de la ville – ou plutôt du gros village – en le sillonnant de long en large sans la ronde des bus qui déversent des flots de touristes venus de Katmandou pour la journée.

La ville est belle, mais on n’a pas envie d’y rester coincé 3 jours. On se dit que ce serait plus facile de circuler à Katmandou. On essaie donc de trouver un chauffeur qui accepte de nous y conduire au petit matin (il paraît que certaines voitures peuvent circuler avant 6h). Le jeune avec qui l’on discute est prudent. Il nous donne d’abord rendez-vous à 5h, puis 4h30 pour ne prendre aucun risque. Il parle mal anglais, se fait aider par un collègue plus âgé. On lui donne la carte de la guesthouse où on loge et on fait de notre mieux pour trouver un lieu de rendez-vous : ce sera la fabrique à momos, dans la rue principale, à 50 mètres de la GH. Il promet qu’il sera là à 4h30. Nous aussi.

20150408_043204
Il est 4h15, Bhaktapur s’éveille

Parallèlement, on se pose dans un café avec Wifi pour trouver une chambre à Katmandou. Vu les circonstances, il nous semble qu’il vaut mieux viser un quartier central de la capitale pour être le plus mobile possible. J’ai lu de bonnes choses sur une guesthouse située dans un quartier à peine au nord de Thamel mais beaucoup plus tranquille : Paknajol. Le lieu s’appelle The Yellow House. Il est tenu par un français et sa femme népalaise. J’envoie un mail. Nicolas le patron répond immédiatement. Il a une chambre, c’est 1 400 Rs. On accepte.

Le lendemain, à 4h15, on quitte la guesthouse alors qu’il fait encore nuit. Des femmes allument des bougies autour des statues et des petits temples hindous qui jalonnent la rue, dont certains que l’on n’avait même jamais remarqués. Des hommes aux yeux mal réveillés se pressent tous dans la même direction, une cérémonie religieuse sans doute. Les minutes filent. 4h35, les phares d’une voiture. Notre chauffeur a tenu parole.  On retourne à Katmandou.

NB Nous étions à Bhaktapur du 6 au 8 avril 2015. Dans la nuit du 24 au 25 avril, un premier séisme détruisait une bonne partie de la ville. On revoit toujours nos photos avec beaucoup d’émotion. Mais la ville se reconstruit et la meilleure façon d’aider le Nepal, c’est d’y aller. Le tourisme représentant 25 % des revenus du pays.

Bhaktapur bonnes adresses et infos pratiques

# Taxi Benchen → Bhaktapur : 1 200 Rs.
Entrée (demander un pass de plusieurs jours pour ne pas repayer) : 1 500 Rs.
Nuit à la Tashi Delek Guesthousekwachhe tole (Bof!) : 800 Rs.
Ganesh guesthouse : notre cantine ! Sur la rue entre Taumadhi Square et Dattatraya. Prix : black coffee : 15 / veggie momos : 80 / coca : 35 / veggie shopsuey : 50 / breakfast set : 200.

Bhaktapur en photos :

Partage si tu aimes :
Pinterest
Facebook
Twitter
Instagram
RSS
Follow by Email

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *